En vrac : Aosoth | The Antlers | Mark E

Aosoth : III

Moins connu que Deathspell Omega ou Blut Aus Nord, Aosoth fait aussi partie de nos fiertés françaises dans l'univers black metal. Ce troisième album le confirme, sale de chez sale, violent et satanique, avec ce qu'il faut de romantisme morbide pour nous faire souffler (piano gothique, synthés vicelards et breaks downtempo style repos du guerrier). 7/10.






The Antlers : Burst Apart

J'hésite entre disque post-ado ou disque de jeune fille vaguement intello. The Antlers se pare d'un côté suffisament arty pour qu'on les prenne au sérieux, le contexte brooklynien, tout ça. Heureusement pour eux : ça cache un peu leur romantisme dégoulinant et ça évite de les comparer avec la variété française des années 90. À la place, on préfère dire que The Antlers est un Cocorosie masculin qui essaie d'imiter très fort Jeff Buckley. Surgonflé, évidemment. 4,5/10.





Mark E : Stone Breaker

Grosse déception pour celui qui, l'an dernier, prenait sa place dans mon top 10 albums pour sa série d'edits disco. Avec son premier album entièrement composé, il fait pas mal de pas en arrière. On a droit à une disco-house très irrégulière, qui ne se choisit pas de tempo, pas d'atmosphère, pas d'influence privilégiée. C'est flou, assez mal composé, parfois grossier. Quelques pépites, encore heureux, mais un ensemble bien fade au vu des talents que ce producteur a maintes fois mis en avant. 5,5/10.

0 commentaires: