Cold Sweat | Gonzo

La frustration est le t-1 de l’orgasme, le moment où tu te retiens, la phase qui précède celle de non retour. Certains l’expédient, d’autres en profitent. La vie n’a pas doté tout le monde de la même force. Quand tu vas courir tête baissée, d’autres vont ralentir et tourner autour du pot pour mieux l’observer.

Au royaume des timides, la frustration est reine. Quand on n’ose pas, on patiente. On attend le moment opportun, le plus loin possible avant de sauter. Trop d’angoisse en nous pour foncer dans le tas. Soit tu subis cet état soit tu jubiles. Personnellement, ayant compris depuis des années que je n’arriverai jamais à avoir une totale confiance en tout, j’ai décidé de me laisser glisser dans cette délicieuse torture. On ne s’y sent pas forcément à l’aise, un peu comme quand la dope monte. Ça gigote dans le dos, ça grignote le bide, t’es pas au top mais tu fais avec. La frustration c’est comme un énorme élastique que tu tires jusqu’à ce qu’il craque, et t’es vicieux, t’aimes bien quand ça claque fort, donc tu tires, encore et encore jusqu’au grand tremblement qui t’emmènera finalement le plus loin possible de cette frustration. La délivrance bien méritée.

Cold Sweat | Gonzo
Ouais, c’est le bordel dans nos têtes, on est des foutus nazis je crois. Tu vois, quand une meuf vient là sur mon canap, tu crois quoi ? Que je vais lui sauter dessus au premier regard ? Ah non. Déjà j’y arrive pas, et je me persuade aussi que c’est bien trop facile. Je préfère faire monter la pression jusqu’au moment où tout doit péter. Nuance, contraste, dynamisme !
Sommes-nous des animaux ? Après oui, avant non. On peut se délecter de la tension montante, c’est comme dans un repas de famille où un ange passe, certains rêvent de le buter au plus vite, d’autres s’excitent devant le malaise. Moi, je dis rien, j’attends, compte pas sur moi pour prendre la parole, si le silence doit durer à l’infini je deviendrai immortel. Mais ça n’arrive jamais, y’a toujours un con pour casser la sale ambiance.

Alors j’ai fait un petit mix là-dessus, des morceaux qui sentent bon la frustration, celle dont tu te parfumes quand tu vois une fille. Tu veux tellement plus, t’es jamais content, et alors ? On pointe vers un idéal, on veut le maximum, on n’est jamais satisfait, on est frustré mais au moins on sent bon.
Tu remarqueras un morceau que j’aime beaucoup, Cold Sweat de James Brown. Monsieur dynamite dans le slip raconte ça :

When you kiss me

When you mess me

Hold my hand

Make me understand 



I break out - in a cold sweat

En gros, quand la fille lui fait comprendre qu’on va passer aux choses sérieuses, la seule réponse qu’il lui apporte, c’est une goutte de sueur froide dans le dos. Il profite le salaud, il veut son lap dance cérébral, il veut se faire du mal car il sait qu’après l’animal sortira. Reculer pour mieux sauter, jeu de mots compris. Voilà de quoi on parle dans cette sélection, de cette tension qu’on ne laisse pas éclater, par pure malice.

Gonzo//@desgonzo



1.I can't be satisfied - Muddy Waters
2.Do I move you - Nina Simone
3.Cold sweat - James Brow
4.Just a little bit - Them feat. Van Morrison
5.Satisfaction (I can't get no) - Otis Redding
6.Feelin frisky - Syl Johnson
7.Thankful n' thoughful - Sly & The Family Stone
8.Flash forward - Serge Gainsbourg
9.Nick the stripper - The Birthday Party
10.Frustration - Soft Cell
11.Etrange été - Alain Bashung
12.Never tell - Violent Femmes
13.Irresistable bitch (LP version) - Prince
14.Bad boy - Frankie Knuckles
15.Sometimes I do '02 - Cajmere feat. Walter Phillips
16.No pussy blues - Grinderman

Retrouvez Gonzo en rédac chef nazi sur Le Tag Parfait

0 commentaires: