Bonjour liberté

Dans le Direct Soir d'aujourd'hui, Cauet annonçait qu'il "n'avait plus envie de faire rire chaque minute". Heureuse nouvelle ! Voilà bien dix ans que je suis sans répit et que je vis dans ce qu'on pourrait appeler une déprime de rire. L'humour irrésistible de Sébastien Cauet m'a tellement dominé, comme l'esclave avec son maître, que je n'ai pu faire autre chose que me fier entièrement à lui en toutes circonstances. "Monde ébloui, monde étourdi" comme disait Éluard. Enfin je sors de la tyrannie du comique, enfin je me libère du joug de mon vénéré. Je peux, comme au premier jour, écouter Wilco et crier au monde que Yankee Hotel Foxtrot vaut plus, mille fois plus qu'un fou rire avili.

À écouter absolument, pour les retardataires : Jesus, etc, Ashes Of American Flags, Radio Cure...

0 commentaires: