France-Espagne, les notes bleues.


À 100 jours de la coupe du monde, l'Équipe de France est plus inquiétante que jamais. Pas de projet de jeu, sentiment prégnant de résignation, forme d'inertie de la médiocrité où l'on ne touche pas une équipe qui perd... l'EDF a tout pour s'étaler comme au dernier euro. Pourtant, j'y crois encore, remember 2006, mais rien de concret derrière cet espoir, rien de rationnel. Juste le désir de pas s'avouer vaincu par avance.
Bon. Retour sur le match contre l'Espagne. Avec des notes, puisque de toute façon le collectif n'existe pas. En fait je vous avoue que j'ai surtout très envie, pour la première fois, de me prendre pour un journaleux de l'Équipe. Les notes, c'est mon dada.

-Lloris : 7/10. Match assez terrible pour un gardien de but. Il n'a pas eu grand chose à faire sinon chercher des ballons dans le filet, sur des occasions où il ne pouvait pas vraiment intervenir. Grosse impuissance, donc, mais sentiment général de solidité : vigilant dans son placement, sérieux dans ses relances. Tout ce que Mandanda n'assure pas, en somme.

- Sagna : 5/10. Égal à lui-même, correct défensivement mais pas impassable, volontaire en attaque mais pas bien menaçant. Un latéral honorable mais jamais décisif.

- Ciani : 6/10. Je le surnote un peu, car deux grosses erreurs à son actif (une relance naive qui aurait pu coûter très cher et un big bouillon pris face à Torres), néanmoins il reste la seule alternative envisageable à notre défense ravagée. Bien dans sa tête, costaud dans les duels et opportuniste dans les relances, il laisse espérer quelques bons matchs dans le futur.

- Escudé : 3/10. Je ne supporte pas sa passivité, sa façon de toujours se cacher comme un gamin qui craint d'être repéré par son coach. Escudé est définitivement trop tendre pour le niveau mondial.

- Évra : 7/10. Bon match très généreux. En fait toujours un peu plus que le rôle qui lui est assigné et c'est pas plus mal, qu'on prenne exemple sur lui.

- Diarra : 9/10. À l'aise le meilleur Français hier soir. Formidable dans la récupération et dans un bon jour balle au pied, il a été irréprochable.

- Toulalan : 2/10. Un fantôme durant tout le match. Complètement transparant dans tous les secteurs du jeu. Tout le temps perdu sur le terrain, on repère bien là ses limites : il est un joueur incapable de se cantonner à un rôle, précis, dans un match plus stratégique qu'athlétique. QI football très faible, joueur sans spécialité, le très haut niveau lui échappera à cause de ça.

- Ribéry : 6/10. Retour pas dégueu de la vieille tronche, il ne lui a souvent manqué qu'une foulée faire la différence. Mais la question de son rôle est toujours en suspens. Un peu grincheux, un peu blessé, pas vraiment irremplaçable, il est autant un problème qu'une solution.

- Gourcuff : 5/10. Manque de justesse, manque d'assurance technique, mais on sait que ce sont des qualités qu'il possède dans l'absolu. Le bon point concerne sa disponibilité et son abnégation.

- Henry : 1/10. Peut-être le mauvais match d'Henry en équipe de France. Mou à pleurer, inutile sur son côté, en retard dans chaque geste. Ça sent la fin. À moins que...

- Anelka : 3/10. On a fini par s'y habituer : Anelka n'est plus du tout un joueur de profondeur. Tant pis, s'il apporte par ailleurs quelque chose dans la conservation du ballon et la fluidité offensive. Mais hier rien de tout ça. Le laisser seul en attaque est une faute professionnelle.

- Domenech : 1/10. Putain Raymond, tu sais pas encore ce qu'ils valent, Govou et Malouda ? Ils ont fait leur job habituel, de l'entrain et de la puissance physique. Rien de neuf sous le soleil. Et Cheyrou à la place de Toulalan, et Ben Arfa à la place d'Henry, et Cissé un peu plus que dix minutes ? Le problème est qu'on a l'impression qu'il coache comme s'il n'avait plus que quelques retouches à faire, alors que tout est à construire.

Rendez-vous quand même le 11 juillet, hein.



On vous en reparlera, de Nicolas Jaar, puisque c'est l'un des producteurs les plus prometteurs du moment. Son EP A Time For Us est monstrueux. Mais écoutez cette basse surpuissante, bon sang.

5 commentaires:

Gautier Barbe a dit…

Je suis en tout point d'accord avec ton analyse et tes notes (quoi qu'un peu exagérée pour Toulalan). Je pense qu'il est temps de se séparer d'Henry, comme le Real s'est séparé de Raul récemment.

Julien Lafond-Laumond a dit…

Se séparer d'Henry est très compliqué. J'ai l'impression qu'il a fait toute sa carrière internationale sur faux rythme. Te souviens-tu vraiment d'une époque où on louait son apport en EDF ? Même quand il était à Arsenal, la question revenait sans cesse : pourquoi n'est-il pas aussi brillant en sélection nationale ? Et pourtant, regarde le palmarès et les statistiques. C'est un joueur troublant, et je crois qu'il peut encore nous étonner, juste pour une coupe du monde.

Pour Toulalan je suis rude sur ce match, mais c'est un joueur que j'aime beaucoup. Je suis agacé de ce duo avec Diarra qui ne mène nulle part. J'avais pensé l'autre jour à exiler Diarra définitivement sur le couloir droit de la défense, responsabiliser plus Toulalan en vrai 6 et faire de la place à milieu plus relayeur. Mais ce genre de choses n'est pas prêt d'être tenté malheureusement.

Gautier Barbe a dit…

On en revient toujours au même problème, quel est l'intérêt aujourd'hui de jouer avec deux récupérateurs. Ça a marché un temps ça, lorsqu'un bonne assise défensive pouvait te faire gagner un match, mais quand on voit les équipes qui gagnent maintenant, et notamment l'Espagne, on se rend compte que ce système de jeu est simplement dépassé.

Julien Lafond-Laumond a dit…

Même constat. C'est comme le fait d'insister avec une pointe alors qu'on a vu depuis longtemps qu'on avait aucun attaquant qui s'y faisait.

benoit a dit…

ton plus grand mérite est d'avoir regardé le match en entier je pense !