Dans la peau d'un fantôme

Nous n'avons plus de doute sur l'existence des fantômes. C'est une chose. Tellement de preuves se sont accumulées, au fil des années, que nous devons nous rendre à cette évidence : les esprits sont parmi nous. Pour autant, il ne faut pas s'arrêter à cette conclusion irrévocable. Nous devons désormais passer à l'étape supérieure, comprendre et penser le spectre. Qui est-il ? Que fait-il encore sur Terre ? Comment peut-il se manifester ? Et pourquoi le ferait-il ?
Attention à la pensée unique, celle qui voudrait que le fantôme ne cherche qu'un apaisement. Attention aussi aux a priori sur ses lieux de matérialisation. Non le fantôme n'est pas forcément dans une quête immédiate de réparation, non il ne passe son temps à patienter sur la scène de sa mort. L'esprit alter-dimensionnel a aussi des activités, des hobbies, des passions. Il faut entendre ça pour pouvoir saisir quelque chose de la vie après la mort. Ci-dessous trois preuves irréfutables de mes dires, avec des spectres aux plaisirs tout à fait respectables : le piano, le foot et Bioman.







Je ne vais pas vous laisser sans une petite musique. Vous avez sans doute trop tremblé pour ne pas mériter une douceur. J'ai choisi ce soir les Local Natives, un groupe d'une inégalité consternante, mais dont quelques titres ont un sale effet addictif. Sun Hands, en particulier, me revient en tête comme une vieille pensée d'obsessionnel. Bonne écoute.


0 commentaires: