José James et l'électronique

Le deuxième album de José James est plutôt bien salué sur GMD, My(Good)Zik ou à plein d'autres endroits très recommandables. Il y a grosso modo unanimité autour de Blackmagic : beau disque, voix de velours mais tentative un peu approximative de se moderniser. La collaboration avec Flying Lotus sur trois morceaux est effectivement assez douteuse, mais ce qu'aucune critique n'a noté, c'est la particularité du morceau Warrior. Bon, j'avoue, faut le savoir, et en plus ça n'a rien de très essentiel, mais Warrior est un titre bien étonnant : c'est une reprise jazz de Benga, maître – un peu discret ces temps-ci – du dubstep. Et là je trouve que José James tape carrément dans le mille.

Warrior by ABC Asia



Pour finir sur ce sujet, Blackmagic et son rapport à la modernité électronique, notons que Gilles Peterson son patron de label a eu la bonne idée de sortir quelques remixes bien sentis. A l'époque de The Dreamer le grand Gilles avait notamment invité Moodymann à faire ce travail, nous en parlions ici. Cette fois-ci on fait encore dans le lourd, les relectures sont signées Joy "you're my god" Orbison, Untold, dOP et Izmabad (Karizma + Simbad). Voici les deux meilleures :




3 commentaires:

Julien Lafond-Laumond a dit…

Bon, je m'auto-commente mais qu'est-ce qu'il déchire ce remix de Joy Orbison.

2bEn a dit…

Ouaiis, merci pour ces ptites précisions ! C'est clair que le garçon s'ouvre plus que sur son 1st opus, mais n'est ce pas juste une passade, le genre d'artiste à nous faire des galettes jazz sauces diverses et differentes a chaque sortie ? Sa carrière nous permettra (je l'espere) de vérifier ça...

En tout cas, super les RMXs !!

@+

ps: My(good)zik (avec un K) pleaz'

RomINK a dit…

Ah oui, bien vu la reprise de Benga !
MerKi :)