Un coeur pour le Pépé


Je le connaissais et l'appréciais déjà auparavant, notamment pour ses grandioses Deep Burnt et Atom Funk, mais chose étonnante, Pépé Bradock – cette icône de la house fin 90's – revit une seconde jeunesse en 2009... sans rien changer à son propos. À l'inverse d'un Étienne de Crécy qui s'est reconverti en très bon showman saturé, le Pépé n'a jamais perdu le fil de sa musique, une house comme au bon vieux temps, charnelle et hyper complexe. Il n'a jamais perdu le respect des spécialistes non plus. Pas de creux véritable dans sa carrière, il traverse l'orage minimal à son train-train et il refait surface ces derniers temps, quand on commence à réclamer un peu plus de chaleur et de sensualité dans la musique électronique (même la minimale a commencé à avoir un peu froid).
Du coup cette année sera finalement une grande année pour lui. Il y a la sortie de sa compilation de remixes, Confiote de Bits, dont je louais les qualités ici sur Goûte Mes Disques et qui a recueilli à peu près que de bons textes partout ailleurs (chez des Oreilles dans Babylone au hasard). Mais en plus il y a des nouvelles compos, et quelles compos ! Son dernier EP, Swimsuit Issue, est une bombe. Je vous laisse découvrir Path Of Most Resistance, une somptueuse track deep house d'aujourd'hui, mélancolique et touffue comme un beau rêve en plein Adventureland.


Un coeur pour le Pépé by deschibres&deslettres

1 commentaires:

Nikki Sonic a dit…

très bon ,comme d'hab avec pépé ; encore un qui mérite plus d'exposition et de succès .