Toutes ces choses avec lesquelles il était bon d'aller.

Conjointement un hommage à Alain Bashung et une dédicace à Clément Dupouy.



D'abord celle à notre regretté Bashung, qui, je peux l'affirmer sans honte, était bel et bien mon chanteur préféré. En guise de bye bye j'ai choisi le morceau Venus, de son dernier album Bleu Pétrole. Ce dernier disque était simple voire simplissime, très acoustique et accessible. Et Venus en est bien l'exception, avec sa noirceur vénéneuse directement inspirée par son Imprudence.

Alain Bashung - Venus


Ensuite le clin d'oeil à Clément et ses passions moyenâgeuses. Avec un autre artiste Français, toujours vivant celui-là, William Sheller. Lui c'est un drôle de bonhomme, jamais loin d'être insupportable, mais qui a cette drôle d'ambivalence entre pop 60's et grands arrangements symphoniques. Sur son album Ailleurs de 1989 se trouvait Excalibur, un morceau complètement excessif qu'à force d'écoutes, j'ai appris a adorer. Mais je serai peut-être le seul.

William Sheller - Excalibur