L'orgue of the rings

Le black metal n'est pas seul à s'inspirer de Tolkien. J'en veux pour preuve la liste établie par le site The Tolkien Music List qui référence des dizaines de groupes ayant, pour certains, prêté allégeance à Sauron, pour d'autres, rejoint les armées du Gondor, pour d'autres encore, emménagé dans la paisible Comté. Bo Hansson seraient plutôt de ces derniers, avec son album Sagan om ringen ou Music inspired by Lord of the rings (1972). Parfois classée dans le rayon rock progressif, la musique de l'organiste suédois ne ressemble jamais à l'oeuvre d'un chat sous LSD découvrant les joies du synthétiseur. Elle est plutôt marquée par un doux psychédélisme dont se dégage une ambiance certes étrange mais jamais angoissante. Il y a du blues là-dedans, du latin-jazz, du rock bien sûr, une touche d'épisme et des tonalités orientales - on est en 1972, ne l'oublions pas, l'occident plane en orient. A écouter au coin du feu, avec un peu d'herbe à pipe peut-être.

Je mets trois morceaux en écoute, mais je vous conseille vraiment de vous procurer l'album. L'idéal serait en vinyl, la couverture est tellement belle!






(ça ne vous rappelle pas quelque chose? Mirkwood part. 1 peut-être?)


+ Petit bonus : Gollum, sur l'album Deluxe des cultissimes Harmonia (Moebius and Roedelius de Cluster, plus Michael Rother de Neu !).



2 commentaires:

Julien Lafond-Laumond a dit…

Très convaincant comme zik. Je kiffe.

fred a dit…

Merci pour ton comment l'autre jour. Je dirais que la réciproque est vraie. Car, ayant pris le temps de parcourir ton blog plus avant, j'ai été ravi de constater que nous partagions même jusqu'à un goût commun pour la cosmique Zooey ;)
J'ai trouvé plusieurs de tes posts fort pertinents (merci pour tes lignes sur This Heat et Mercury Rev). J'aimerais pouvoir en dire autant des miens mais je manque de temps. Et puis comme j'écris déjà pas mal pour la presse traditionnelle, parfois je sature. Ce qui fait qu'au final Alien Talk ressemble plus à un catalogue de références personnelles. C'est triste mais c'est ainsi... Je ne désespère pas néanmoins d'écrire bientôt sur l'irritation quasi systématique causée par l'écoute des disques de Animal Collective depuis "Sung Tongs" et ce, malgré qqs beaux moments sur le dernier LP.